autre

Chienne de vie !

Une amie du Malotru a fait parvenir au Maire la lettre ouverte que voici. Notre confrère hebdomadaire local l'a déja publiée, mais pour une fois nous n'hésitons pas à en rajouter une couche ! :

Lettre ouverte. « Pourquoi la municipalité a-t-elle pris la décision de supprimer la fourrière animale ? »

 

2017 12 06 fourriere

Lettre ouverte. « Faisant appel au mois de juillet à la fourrière animale de Saint-Malo, comme je l'ai maintes fait auparavant, soit pour des chats en difficulté, soit pour de jeunes goélands tombés des toits, j'ai appris que ce service municipal était supprimé.

Le secrétariat de la Mairie m'a appris qu'il était remplacé par une fourrière privée et que pour en savoir plus, il fallait contacter la Police Municipale ( !?). Mais l’agent de la Police Municipale contacté ne savait pas grand-chose et a eu bien du mal à retrouver le n° de téléphone de cette fourrière nommée SAGPA.

Lorsque j’ai expliqué à un membre de cette société que j’ai eue au bout du fil, qu’un goéland était tombé des toits dans mon jardin, il m’a bien fait comprendre qu’il valait mieux que je trouve une autre solution plutôt que de compter sur leur intervention.

En cherchant leur adresse sur internet, j’ai compris pourquoi : la SAGPA est située à Betton, à plus de 60 kms de St Malo ! Un véritable service de proximité...

 

Première remarque :

- il est difficile de comprendre pourquoi la municipalité de Saint-Malo a pris la décision de supprimer un service municipal dont les malouins n’avaient qu’à se louer, tant par la rapidité d’intervention des agents municipaux de ce service que par leur professionnalisme et leur respect des animaux qu’ils secouraient.

Si le but comme on peut le deviner est de faire l’économie de deux ou trois postes de fonctionnaires, le choix de se défausser sur une société privée aussi éloignée de la zone d’intervention paraît indéfendable écolo-giquement : 120 kms pour récupérer un chat ou un chien errant et 120 de plus si le propriétaire doit aller récupérer son animal perdu au chenil de la SAGPA. Et ce même propriétaire, pour récu-pérer son animal, devra payer une décharge au chenil.

N'aurait-on pu envisager la gestion d'une fourrière ani-male par la communauté de communes ? On prévoit bien une piscine ludique grand modèle.

Deuxième remarque :

- Quand et comment ont été informés les Malouins de ce changement ? Les vétérinaires eux-mêmes aux-quels j'ai téléphoné n’en ont jamais été avisés.

La fourrière animale de Saint-Malo donnait pourtant toute satisfaction aux citoyens qui se préoccupaient du sort des animaux ainsi qu’aux vétérinaires et à la SPA qui travaillaient en réseau avec les agents de ce service.

La décision municipale de supprimer ce service de proximité manque de trans-parence ainsi que de respect envers les citoyens et envers les animaux.

S'il s'agit d'une économie financière, elle est de courte vue et ne va pas dans le sens de l'intérêt général, car elle aura pour conséquence la recrudescence de chats et chiens errants non stérilisés.

 

Brigitte Flahault
 

Dans le rétroviseur : Une Ile au large de l’espoir (1)

Oran est une ville sans soupçons c'est-à-dire une ville tout à fait moderne.

Albert Camus La Peste (1947)

 

Des villes tout à fait modernes...

Ce qui suit illustre le combat d’une association particulière de notre région qui, comme d’autres, de Cancale au Frémur et au-delà, s’efforce de répondre à la captation par des intérêts privés très puissants de bords de mer, de chemins de ronde, mais aussi de jardins publics, de terrains de camping municipaux, de bâtiments ou d’espaces dont la jouissance par l’ensemble de la population est remise violemment en cause. La question de l’alliance objective de certains élus ou de certaines majorités communales dans ces situations, voire leurs intérêts directs ou indirects, est parfois même posée par certains citoyens ou des groupements associatifs.

Lire la suite

Dans le rétroviseur : Une Ile au large de l’espoir (2)...

On reproche souvent, à raison, aux discussions malo-malouines, dinardo-dinardaises, etc. de demeurer dans un cercle au périmètre trop souvent nombriliste ; elles gagnent toujours à s’ouvrir, en effet, à d’autres horizons, géographiques, historiques, politiques, plus ou moins comparables, et à en faire leur miel.

Le Malotru a déjà offert maint exemple de ce « pas de côté » qui permet de penser - et d’agir- mieux, peut-on espérer, avec d’autres regards. L’article sur l’AMAP-poissons de l’Ile d’Yeu, par exemple, ou celui sur la lutte victorieuse pour garder La Briantais dans le patrimoine commun de la région malouine, ont proposé ce type de détour. Ils nous ont valu des remarques et des appréciations très encourageantes de la part de certains de nos lecteurs.

A la suite de notre série de l’été 2016 sur « la Revanche de 36» qui tentait une synthèse de la problématique immobilière et du nouvel accaparement des plus beaux sites côtiers par de gros intérêts financiers, deux lecteurs, François et Alice B., membres de l’association Attac, nous ont fait connaître une de ces petites revues savantes dont il est de bon ton de se gausser parfois, mais dans lesquelles le Malotru fureteur peut trouver des pépites. Qui, à part les habitants et les habitués de Houat et Hoëdic, petites Iles du Ponant, a jamais entendu parler de Melvan, la Revue des Deux Iles ?

Lire la suite

Loi-travail XXL à St Malo

Attac St Malo a participé à sa façon à la manifestation du 12 septembre contre la loi-travail XXL

ON NESSAY DE NOUS AVOIR…

…mais on ne réussit pas toujours. Il y a eu Bardon et l’Hôtel des impôts de Saint Malo intra-muros acheté par la ville à l’Etat pour 1,5 millions avec le projet d’en faire un musée maritime et mirajuteusement transformé en hôtel 4 étoiles, il y a Raulic et son ensemble matriochka d’hôtel-restaurant-spa 5 étoiles-résidence de tourisme-villas-école internationale sur le camping des Nielles… Sans compter les rumeurs que nous ramènent les vents du littoral et qui rameutent les rapaces en quête de rapines. Le parc de la Briantais à Saint Malo, Port Breton à Dinard. Vous me direz, une rumeur ça va, ça vient, ça s’en va comme un tout petit rien…Oui, mais ça peut revenir !  Le littoral de la Côte d’Emeraude suscite bien des convoitises chez nos investisseurs ultralibéraux toujours intéressés par le bien public quand il peut devenir rentable.

Nessay 2
 

Lire la suite

ET SI LE F-HAINE...

 ... OU SES CLONES DE LA DROITE EXTREME NOUS GOUVERNAIENT...Fachosphere

Le texte qui suit (« Les loups... ») était rédigé en grande partie lorsque Le Malotru a été informé des attaques infâmes dont La Droguerie de Marine a été victime à la fin du mois de mars.

 Le propriétaire de cette librairie de Saint-Servan (Saint-Malo), Loïc Josse, a reçu des menaces sérieuses après avoir consacré une de ses vitrines au rejet de l’idéologie d’extrême droite. Certains n’ont pas apprécié de voir des ouvrages de sociologues, d’essayistes, de romanciers même, indiquer clairement la nature du Front National ou relater les hauts faits de ses membres ou de ses proches.

« Nous avons reçu des menaces, des insultes, des injures, des dizaines de messages provenant de comptes Facebook plus ou moins existants, des « avis » infects sur notre page et sur notre compte Google, de l’intox à bloc » a déclaré Loïc Josse qui a souhaité mettre les choses au point sans tomber dans la « victimisation » si chère à ses propres agresseurs.

Tout semble parti, selon ses observations, d’«un  article bidon d’un site contrôlé par des identitaires ». Cela indique le type de stratégie « virale » dont sont capables ces malfaisants haineux en Bretagne même. Cela indique aussi une entreprise délibérée d’intimidation politique et culturelle, ainsi que le degré potentiel de violence envisagé par celles et ceux qui se cachent derrière le visage souriant d’une affiche annonçant « la France apaisée ».

Pour Loïc Josse, « cela montre clairement ce qui arriverait demain si l’on laissait le F Haine prendre le pouvoir » Sa détermination rejoint la nôtre : «  Nous continuerons à défendre la liberté d’expression, la démocratie, les identités additives et non pas exclusives, ouvertes sur le monde. A faire notre travail de libraires. »

Le reveLéo Ferré chantait Aragon

"C'était un temps déraisonnable

On  avait mis les morts à table

On prenait les loups pour des chiens." 

Lire la suite

Savez-vous planquer vos sous ?

Un rassemblement surprise organisé par le comité local Attac Saint Malo – Jersey a rassemblé au matin de ce samedi  14 janvier une trentaine d’adhérent.e.s devant l’agence de la BNP située rue Jean Jaurès. La banque visée est présente dans de nombreux paradis fiscaux, comme d’autres grandes banques françaises,  où elle détient près de 200 filiales, et où  elle place le tiers  de ses énormes bénéfices, qui échappent ainsi à l’impôt. Alors que le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté atteint en France les 9 millions (en augmentation de plus d’1 million de personnes depuis 10 ans), et que l’Etat manque de moyens pour répondre aux besoins en matière de services publics, comme actuellement la santé, mais aussi pour faire face aux urgences sociales et écologiques, on évalue entre 60 et 80 milliards la perte de recettes pour le fisc du fait de l’évasion fiscale.

Lire la suite

La transition ou l’envol des oiseaux noirs

« On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d’y faire leur nid ». (proverbe chinois)
On l’a constaté le 13 novembre dernier à Paramé, lors de la Journée de la Transition qui a rassemblé une quinzaine d’associations (et fait suite à une conférence d'Attac sur le même thème, et qui a donné lieu à un article ici-même).L’avenir existe, il est jeune, convivial et  déborde d’enthousiasme et d’imagination. Alors que...

2016 11 13 journee transition 25

 

Lire la suite

Conférence de Frédéric Viale : Contre le CETA, renforcer la démocratie

Dans son analyse parfaitement argumentée,  Frédéric Viale dénonce la perversité de ce type de traité dit de « libre-échange ». Il s’agir en fait d’un accord de libéralisation et de suppression progressive de toute possibilité pour les citoyen.ne.s de décider de la société dans laquelle ils veulent vivre. Cet accord, quoi qu’en dise notre gouvernement, donne les clés de la réglementation aux entreprises transnationales. Impossible de revenir en arrière.  L’Etat ne pourra plus intervenir dans l’économie. Environnement, santé, éducation…tous les services publics seront soumis à la concurrence. L’instauration de tribunaux d’arbitrage privés dits « ICS » donnera  le pouvoir à des experts recrutés sur la base d’une éthique optionnelle au nom de laquelle il n’est pas prévu de sanction en cas de conflit d’intérêt. « C’est la démocratie ou le CETA. Il n’y a pas d’autre alternative ».

Echos de la conférence sur la Transition

Echos de la conférence d’Hervé Roussel*

Invité par le Comité local Attac Saint Malo – Jersey, Hervé Roussel, a développé lors d’une conférence le 21 octobre dernier2016 10 21 conf transition3legere à Saint Malo les axes forts de l’action d‘Attac au sein du mouvement de la transition. Au cours de son intervention et du riche débat qui a suivi, Hervé Roussel a situé les luttes engagées par divers mouvements tant au sein de notre société qu’au niveau mondial afin de parvenir à découpler dans l’esprit des populations les notions de PIB et bonheur. Il s’agit de dépasser le capitalisme par la non adhésion au système, le refus de la croissance et  la nécessité d’imposer des limites à l’activité humaine. Rappelant la déclaration finale du Forum Social Mondial de Bélem qui  définit la nécessaire transition comme un processus permanent de construction d’alternatives, il résume la position d’Attac selon laquelle il ne suffit pas, en effet, de clamer qu’un autre monde est possible sans s’engager à le construire. Citant Gus Massiah**, il situe le combat pour la transition aux trois niveaux local, régional et national en résonnance avec les mouvements qui se structurent au niveau mondial. Pour Attac il s’agit avant tout de  nous réapproprier les questions qui nous concernent et de contribuer à donner du sens aux initiatives qui surgissent dans de nombreux secteurs de la société. La transition est une voie que l’on explore. Lutter et construire sont des actes forts, le prélude à un rapport de force qui permettra d’évoluer vers un pouvoir partagé et non délégué.

 

*Membre de la commission  “Alternativesˮ d’Attac et du Collectif pour une transition citoyenne http://www.transitioncitoyenne.org/historique/

**Co-fondateur de l’Association internationale de techniciens, experts et chercheurs (Aitec), membre du Conseil scientifique d’Attac-France et membre du Conseil international du Forum social mondial.

Journée de la Transition en Rance-Emeraude

Voici la vidéo de présentation de la journée, suivie de l'affiche

2016 11 13 jtrancem3

 

Dans le rétroviseur : le feuilleton de l'été. Episode 3

Du Front Populaire au Front de Mer – pour les riches

2016 Désir de Rivage en région malouine : La revanche de 36

 

3ème Partie : Ex-Hôtel des Impôts : Golden Tulip, c’est le bouquet. Et ce n’est pas fini.

Autre gros dossier de ces dernières années, le sort de l’ancien Hôtel des Impôts Intra-Muros semblait scellé avec la décision de l’ancienne municipalité d’en faire un Musée Maritime, l’autre « Arlésienne » - avec le projet de Médiathèque- des années Couanau.

Lire la suite

Bras croisés ? Solution des mots

Il fait trop chaud pour se creuser la tête ?

Voilà la solution !

 

Mocroises soluce

Dans le rétroviseur : le feuilleton de l'été. Episode 2

Du Front Populaire au Front de Mer – pour les riches

2016 Désir de Rivage en région malouine : La revanche de 36

 

2ème Partie : Un bilan malouin historiquement «  réactionnaire » :

 Comment une série impressionnante de privatisations de lieux publics en bord de mer  s’est traduite par une privation d’accès au littoral pour les citoyens.

 

Lire la suite

Dans le rétroviseur : le feuilleton de l'été. Episode 1

Du Front Populaire au Front de Mer – pour les riches

2016 Désir de Rivage en région malouine : La revanche de 36

 

Avis aux lecteurs et lectrices :

Finalisée pour une parution sur le site du Malotru en Juillet 2016, cette enquête ne peut prendre en compte d’éventuelles évolutions apparues après cette date. Le Malotru, eu égard à la longueur du document, a décidé de le publier en trois épisodes.

1ère Partie Le Nessay à Saint Briac (2016), La Briantais à Saint-Malo (1999), lecture de deux situations comparables et, hélas, opposées

01touche pas

Lire la suite

Si vous croisez des mots...

... grillez-les et régalez-vous !

Mocroises

La musique réduite au silence ?

Le Malotru a reçu cet appel. Une pétition est en cours. Site de l'Ecole de Musique : http://www.emce-musique.fr/

Emce en danger 1 1Emce en danger 1 2