Côte d'Emeraude

Dans le rétroviseur : Une Ile au large de l’espoir (1)

Oran est une ville sans soupçons c'est-à-dire une ville tout à fait moderne.

Albert Camus La Peste (1947)

 

Des villes tout à fait modernes...

Ce qui suit illustre le combat d’une association particulière de notre région qui, comme d’autres, de Cancale au Frémur et au-delà, s’efforce de répondre à la captation par des intérêts privés très puissants de bords de mer, de chemins de ronde, mais aussi de jardins publics, de terrains de camping municipaux, de bâtiments ou d’espaces dont la jouissance par l’ensemble de la population est remise violemment en cause. La question de l’alliance objective de certains élus ou de certaines majorités communales dans ces situations, voire leurs intérêts directs ou indirects, est parfois même posée par certains citoyens ou des groupements associatifs.

Lire la suite

Dans le rétroviseur : Une Ile au large de l’espoir (2)...

On reproche souvent, à raison, aux discussions malo-malouines, dinardo-dinardaises, etc. de demeurer dans un cercle au périmètre trop souvent nombriliste ; elles gagnent toujours à s’ouvrir, en effet, à d’autres horizons, géographiques, historiques, politiques, plus ou moins comparables, et à en faire leur miel.

Le Malotru a déjà offert maint exemple de ce « pas de côté » qui permet de penser - et d’agir- mieux, peut-on espérer, avec d’autres regards. L’article sur l’AMAP-poissons de l’Ile d’Yeu, par exemple, ou celui sur la lutte victorieuse pour garder La Briantais dans le patrimoine commun de la région malouine, ont proposé ce type de détour. Ils nous ont valu des remarques et des appréciations très encourageantes de la part de certains de nos lecteurs.

A la suite de notre série de l’été 2016 sur « la Revanche de 36» qui tentait une synthèse de la problématique immobilière et du nouvel accaparement des plus beaux sites côtiers par de gros intérêts financiers, deux lecteurs, François et Alice B., membres de l’association Attac, nous ont fait connaître une de ces petites revues savantes dont il est de bon ton de se gausser parfois, mais dans lesquelles le Malotru fureteur peut trouver des pépites. Qui, à part les habitants et les habitués de Houat et Hoëdic, petites Iles du Ponant, a jamais entendu parler de Melvan, la Revue des Deux Iles ?

Lire la suite

Journée de la Transition en Rance-Emeraude

Voici la vidéo de présentation de la journée, suivie de l'affiche

2016 11 13 jtrancem3

 

Dans le rétroviseur : le feuilleton de l'été. Episode 2

Du Front Populaire au Front de Mer – pour les riches

2016 Désir de Rivage en région malouine : La revanche de 36

 

2ème Partie : Un bilan malouin historiquement «  réactionnaire » :

 Comment une série impressionnante de privatisations de lieux publics en bord de mer  s’est traduite par une privation d’accès au littoral pour les citoyens.

 

Lire la suite

Dans le rétroviseur : le feuilleton de l'été. Episode 1

Du Front Populaire au Front de Mer – pour les riches

2016 Désir de Rivage en région malouine : La revanche de 36

 

Avis aux lecteurs et lectrices :

Finalisée pour une parution sur le site du Malotru en Juillet 2016, cette enquête ne peut prendre en compte d’éventuelles évolutions apparues après cette date. Le Malotru, eu égard à la longueur du document, a décidé de le publier en trois épisodes.

1ère Partie Le Nessay à Saint Briac (2016), La Briantais à Saint-Malo (1999), lecture de deux situations comparables et, hélas, opposées

01touche pas

Lire la suite

Editorial : Cette loi qui nous travaille !

Côte d’Emeraude, terre de tourisme, haut lieu de l’hôtellerie-restauration.

Voilà des patrons de PME qui vont se réjouir en masse d’une éventuelle mise en œuvre de la loi-travail !

Nos élèves d’établissement d’enseignement hôtelier sont-ils conscients de l’avenir radieux qu’on leur prépare ? Ils ne sont généralement pas très enclins à renâcler, ils sont trop souvent destinés à la soumission, à la souffrance au travail et au silence, au nom de « la qualité du service ». Mais tout de même !...

Cafe travail

En juin dernier, au moment de la loi Macron, après une critique en règle du referendum d'entreprise, la CFDT (oui, vous lisez bien) écrivait :

« Nous sommes consternés par les différentes discussions portant atteinte au droit du travail. Nous ne sommes pas en totale opposition à simplifier le Code du travail : le rendre plus compréhensible  et plus accessible pour l’ensemble des salariés afin qu’ils puissent connaître leurs droits. Par contre, nous refusons que la simplification soit associée à un  détricotage  des textes pour supprimer des droits fondamentaux, exercice que le gouvernement semble bien s’approprier ».

Comme quoi la migration colorimétrique du sommet (du rose vers l’orange, puis… ) n’a pas encore totalement jauni la base ! On attend que ce syndicat passe en masse dans une autre confédération, comme d’autres branches l’ont fait dans le passé !

Les salariés de ce secteur d’activité, déjà fortement soumis dans notre région aux contraintes de l’emploi saisonnier,  seront en effet particulièrement touchés par ce qu’on appelle « l’inversion des normes ». Rappelons que la norme en question est celle qui, dans le droit du travail, dit qu’un accord d’entreprise ou d’établissement peut être signé s’il est plus favorable aux salariés que les accords de branche et nationaux en vigueur. Dans la loi-travail, c’est l’inverse !

Le jeune commis de cuisine, déjà militarisé dans sa brigade, pourra-t-il refuser quoi que ce soit, en face à face, à son patron, au nom de la compétitivité et du maintien de l’emploi ?

L’inspection du travail n’y aura même pas son mot à dire, elle est largement écartée dans la loi-travail, ainsi d’ailleurs que la médecine du travail.

Nous et nos chers touristes devons-nous nous réjouir de voir nos bistros, restaus, hôtels, ..., qui se rassasient déjà des stagiaires de nos lycées hôteliers sans toujours leur apporter autre chose que l’expérience de la pression extrême du travail et des horaires délirants (« si cela ne te convient pas, il faut changer de métier ! » ), nous réjouir disais-je de voir ceux qui font tourner la boutique totalement à la merci de ceux qui, parce qu’ils y ont investi, en récoltent les fruits ?

Les accords nationaux et les accords de branches permettaient de les protéger a minima, cette loi les désarme totalement.

Mangerons-nous, dormirons-nous, mieux ainsi ?

Un chemin semé d’embûches (3)

Extension du domaine de la lutte sur la Côte d’Émeraude

 

Un bref rappel pour nos lecteurs dont l’attention risque de s’être dissipée en cours de route. Le feuilleton que nous avions inauguré en juillet 2015, sous le titre «Un chemin semé d’embûches» [1] , et qui narrait la longue bataille des Amis des Chemins de Ronde (les ACR 35) afin de faire reconnaître les droits des citoyens de tout poil de déambuler librement le long de notre belle Côte d’Émeraude, reprend du service.

Ronde3

 

[1] « Un chemin semé d’embûches » dans le Malotru du 9 juillet 2015, suivi par un second article paru le 17 septembre de la même année, où le Président des ACR35 faisait le point des avancées mais aussi des difficultés rencontrées dans son combat pour faire respecter la servitude de passage le long du littoral.

Lire la suite

« LA MAILLETTE», une monnaie pas comme les autres

Nous l’avions déjà annoncée en novembre dernier, La monnaie locale complémentaire du Pays de Rance, « La Maillette », a encore fait parler d’elle dans notre salle obscure préférée à Dinard. Il s’agissait alors, pour les organisateurs de l’association qui l’a développée à Dinan, d’illustrer le film de Michael Le Sauce « Un Revenu pour la Vie ». Cette fois-ci, le cinéma « Les deux Alizés » a présenté à Dinard le jeudi 3 décembre 2015 le film « Devises trompeuses » du cinéaste allemand Claus Strigel, qui critique les dérives du système bancaire et financier actuel, et défend le principe de l’expérimentation de monnaies locales complémentaires (MLC). La soirée était organisée en partenariat avec le Comité local ATTAC du Pays de Saint-Malo/Jersey et le débat qui s’ensuivit fut donc principalement consacré à une discussion autour de cette monnaie locale qui est la plus proche de notre aire de nuisance...

Maillette carte2

Lire la suite

Dans le rétroviseur Décembre 2015

Au paradis des Helvètes

Suisse sAttentif à la problématique des paradis fiscaux, Le Malotru sait aussi pouvoir compter sur ses amis et ses lectrices et lecteurs. Cette rubrique s’était fait un plaisir d’évoquer dans une récente livraison un « fait d’arme », l’initiative prise par une attacienne à Jersey en septembre 2014 de brûler publiquement sa carte bleue devant une agence locale de BNP-Paribas (Voir Bravo Martine, sacré souffle http://www.malotru.org/blog/du-couesnon-au-fremur/dans-le-retroviseur-4.html).Très récemment, un autre attacien à la vigilance légendaire nous a fait connaître une démarche moins spectaculaire mais tout aussi significative de cette lutte incessante pour la justice fiscale. Nous ne résistons pas au plaisir de la faire connaître, avec son accord. Ayant lu dans la presse, suite aux attentats de Paris, que la Suisse s’était émue de n’avoir pas eu accès aux fameuses « fiches S », il a écrit illico à l’Ambassadeur de notre discret voisin pour s’émouvoir, à son tour, de la faiblesse de sa coopération en matière de fraude et d’évasion fiscale. On appréciera à la fois la courtoisie et la fermeté de la missive dont Le Malotru a retenu les points essentiels :

Monsieur l'ambassadeur,

Lire la suite

Aidons le peuple grec

Soutien greceLa situation sanitaire en Grèce est alarmante. Le système de santé grec et l’état de santé de la population ne cessent de se dégrader : baisse de 40 % du budget santé, augmentation de la mortalité infantile et des naissances de nourrissons en insuffisance pondérale,  baisse du taux de vaccination des enfants…Le nombre de dépressions sévères s’est multiplié par 2,5 et le taux de suicide a augmenté de 35 % depuis 2011. Selon l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), un tiers de la population n’a plus de couverture maladie depuis la crise et les mesures d’austérité appliquées à partir de 2009.

En Grèce, des personnels de santé se sont mobilisés pour créer des dispensaires et des pharmacies autogérés. Aujourd’hui, plus de 50 dispensaires solidaires sociaux fonctionnent dans tout le pays grâce à l’action et au travail de bénévoles : médecins généralistes ou spécialistes, pharmaciens, autres professionnels de santé ainsi que des citoyen-n-es. Environ 700 bénévoles y participent en tant que permanents ou membres de réseaux affiliés.

Ils manquent cruellement de médicaments, de consommables et de matériel médical. L’association Bretagne Grèce Solidarité Santé s’associe au mouvement national de solidarité avec la Grèce et lance une opération de collecte auprès des secteurs concernés.

 

Pour tout renseignement, contacter le Collectif Malouin de Soutien au Peuple Grec collectifgrece.stmalo@gmail.com

Le collectif Stop TAFTA et les élections régionales

Logotafta3Dans le cadre de la campagne électorale pour les élections régionales, le collectif Stop TAFTA du Pays Malouin et du pays de Rance a interrogé les candidats sur leurs positions concernant le projet d’accord transatlantique baptisé TAFTA. Les négociations en cours entre l’Union Européenne et les Etats Unis ne font l’objet d’aucune communication de la part des instances européennes, cependant les informations qui filtrent sur les textes qui s’élaborent font apparaître des risques graves pour la démocratie locale et cherchent à limiter fortement les responsabilités et les pouvoirs de décision des collectivités à tous les niveaux.

Voici le document transmis aux listes suivantes :

Pour une Bretagne Sociale et écologique (X. Compain)

Debout La France (J.J. Foucher)

Lutte Ouvrière (V. Hamon)

Pour La Bretagne (J.Y. Le Drian)

Le choix de la Bretagne (M. Le Fur)

Une autre voie pour la Bretagne (R. Louail)

Oui La Bretagne (C. Troadec)

 

A l’heure où cet article a été publié, les listes de X. Compain,  R. Louail et J.Y Le Drian ont fait connaître leur réponse.

"La Maillette, nous voilà !"

Le Malotru y a assisté pour vous, dans l'attente d'une projection dinardaise sur le même thème (patience !).

MailletteJeudi 4 novembre 2015, soirée ciné-débat au cinéma Vers le Large de Dinan autour du film de Michael Le Sauce « Un Revenu pour la Vie ». La soirée était proposée par l’association La Maillette (1) qui avait invité Philippe Derudder (2) à animer le débat.

A travers de nombreux entretiens et des témoignages variés,  Michael Le Sauce, du collectif des réalisateurs engagés ‘les Zooms verts’,  nous a invité à réfléchir sur la notion de revenu pour la vie, « un droit inaliénable, inconditionnel, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur une base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement. »(3)

Lire la suite

Déboires d’Outre-Tombe

La Comtesse sortit à cinq heures...  

Chateaubriand5Les derniers  visiteurs étaient partis et le château de Combourg retrouvait son calme. Sonia se rappela qu’il ne restait que quelques jours pour finaliser le fameux prix dont elle présidait le jury. La presse bruissait des réfugiés venus d’Irak, de Syrie et d’ailleurs. Sonia de la Cour du Bain-Forclose n’était pas insensible à la, misère du monde.  Le Figaro et Valeurs Actuelles avaient amplement parlé des Chrétiens d’Orient  dont elle convenait qu’ils « n’attaquaient pas les trains armés de Kalachnikov, n’abattaient pas des journalistes réunis au sein de leur rédaction et ne procédaient pas à la décapitation de leur patron ».  Elle prit clairement conscience, alors, que lui était revenue à l’esprit,  au mot près, la délibération du conseil municipal d’une obscure commune d’Isère, Charvieu-Chavagneux. Cet aréopage éminemment démocratique avait justifié ainsi sa délibération, à l’unanimité, en date du 8 septembre,  pour signifier au préfet que cette commune n’accueillerait que des réfugiés de religion chrétienne.

Qu’en aurait pensé, songea-t-elle, le divin François-René ? Son inquiétude concernant le choix du fameux prix à venir  ne l’avait pas quittée, une certitude, une idée lumineuse même, lui apparut soudain : Alain Finkielkraut avait été un parfait lauréat l’an passé, attirant une couverture médiatique inespérée  après le gentillet Jean-Marie Rouart, quinzième récipiendaire de ce prix pour un ouvrage assez plan-plan sur Napoléon. La figure de Robert Ménard, le très médiatique Maire de Béziers, lui  apparut alors. Certes  il serait malaisé de faire crédit au fondateur de Reporters sans Frontières d’un style littéraire digne de la grande tradition polémique française de Bossuet à Bernanos. Mais un titre comme La Censure des Bien-pensants produirait son petit effet lorsque, selon la tradition du Prix Combourg, Alain Finkielkraut, un homme si fin et si engagé de tout son être, lui remettrait le dix-septième prix.

Lire la suite

Un avenir qui roule pour vous

Alternatiba, « village des alternatives au changement climatique » a organisé une vélorution partie de Bayonne le 5 juin. Ce tour de France a traversé la Côte d’Emeraude ce 20 août et arrivera le 26 septembre à Paris. Notons son passage dimanche 30 août à Notre-Dame des Landes.

Lire la suite

Votre département hors TAFTA ?

Assidus aux réunions publiques des candidats (républicains) aux élections départementales, vous voudrez certainement les interroger sur la lettre qu'ils ont reçue de la part du Collectif Stop-TAFTA (texte ci-dessous).

Vous ne manquerez pas de leur demander, s'ils sont élus, de voter une motion pour placer l'Ille et Vilaine "zone hors-TAFTA" !

2015 03 courrier tafta candidats2015-03-courrier-tafta-candidats.pdf (78.53 Ko)