st malo

Loi-travail XXL à St Malo

Attac St Malo a participé à sa façon à la manifestation du 12 septembre contre la loi-travail XXL

ET SI LE F-HAINE...

 ... OU SES CLONES DE LA DROITE EXTREME NOUS GOUVERNAIENT...Fachosphere

Le texte qui suit (« Les loups... ») était rédigé en grande partie lorsque Le Malotru a été informé des attaques infâmes dont La Droguerie de Marine a été victime à la fin du mois de mars.

 Le propriétaire de cette librairie de Saint-Servan (Saint-Malo), Loïc Josse, a reçu des menaces sérieuses après avoir consacré une de ses vitrines au rejet de l’idéologie d’extrême droite. Certains n’ont pas apprécié de voir des ouvrages de sociologues, d’essayistes, de romanciers même, indiquer clairement la nature du Front National ou relater les hauts faits de ses membres ou de ses proches.

« Nous avons reçu des menaces, des insultes, des injures, des dizaines de messages provenant de comptes Facebook plus ou moins existants, des « avis » infects sur notre page et sur notre compte Google, de l’intox à bloc » a déclaré Loïc Josse qui a souhaité mettre les choses au point sans tomber dans la « victimisation » si chère à ses propres agresseurs.

Tout semble parti, selon ses observations, d’«un  article bidon d’un site contrôlé par des identitaires ». Cela indique le type de stratégie « virale » dont sont capables ces malfaisants haineux en Bretagne même. Cela indique aussi une entreprise délibérée d’intimidation politique et culturelle, ainsi que le degré potentiel de violence envisagé par celles et ceux qui se cachent derrière le visage souriant d’une affiche annonçant « la France apaisée ».

Pour Loïc Josse, « cela montre clairement ce qui arriverait demain si l’on laissait le F Haine prendre le pouvoir » Sa détermination rejoint la nôtre : «  Nous continuerons à défendre la liberté d’expression, la démocratie, les identités additives et non pas exclusives, ouvertes sur le monde. A faire notre travail de libraires. »

Le reveLéo Ferré chantait Aragon

"C'était un temps déraisonnable

On  avait mis les morts à table

On prenait les loups pour des chiens." 

Lire la suite

Savez-vous planquer vos sous ?

Un rassemblement surprise organisé par le comité local Attac Saint Malo – Jersey a rassemblé au matin de ce samedi  14 janvier une trentaine d’adhérent.e.s devant l’agence de la BNP située rue Jean Jaurès. La banque visée est présente dans de nombreux paradis fiscaux, comme d’autres grandes banques françaises,  où elle détient près de 200 filiales, et où  elle place le tiers  de ses énormes bénéfices, qui échappent ainsi à l’impôt. Alors que le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté atteint en France les 9 millions (en augmentation de plus d’1 million de personnes depuis 10 ans), et que l’Etat manque de moyens pour répondre aux besoins en matière de services publics, comme actuellement la santé, mais aussi pour faire face aux urgences sociales et écologiques, on évalue entre 60 et 80 milliards la perte de recettes pour le fisc du fait de l’évasion fiscale.

Lire la suite

La transition ou l’envol des oiseaux noirs

« On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d’y faire leur nid ». (proverbe chinois)
On l’a constaté le 13 novembre dernier à Paramé, lors de la Journée de la Transition qui a rassemblé une quinzaine d’associations (et fait suite à une conférence d'Attac sur le même thème, et qui a donné lieu à un article ici-même).L’avenir existe, il est jeune, convivial et  déborde d’enthousiasme et d’imagination. Alors que...

2016 11 13 journee transition 25

 

Lire la suite

Conférence de Frédéric Viale : Contre le CETA, renforcer la démocratie

Dans son analyse parfaitement argumentée,  Frédéric Viale dénonce la perversité de ce type de traité dit de « libre-échange ». Il s’agir en fait d’un accord de libéralisation et de suppression progressive de toute possibilité pour les citoyen.ne.s de décider de la société dans laquelle ils veulent vivre. Cet accord, quoi qu’en dise notre gouvernement, donne les clés de la réglementation aux entreprises transnationales. Impossible de revenir en arrière.  L’Etat ne pourra plus intervenir dans l’économie. Environnement, santé, éducation…tous les services publics seront soumis à la concurrence. L’instauration de tribunaux d’arbitrage privés dits « ICS » donnera  le pouvoir à des experts recrutés sur la base d’une éthique optionnelle au nom de laquelle il n’est pas prévu de sanction en cas de conflit d’intérêt. « C’est la démocratie ou le CETA. Il n’y a pas d’autre alternative ».

Echos de la conférence sur la Transition

Echos de la conférence d’Hervé Roussel*

Invité par le Comité local Attac Saint Malo – Jersey, Hervé Roussel, a développé lors d’une conférence le 21 octobre dernier2016 10 21 conf transition3legere à Saint Malo les axes forts de l’action d‘Attac au sein du mouvement de la transition. Au cours de son intervention et du riche débat qui a suivi, Hervé Roussel a situé les luttes engagées par divers mouvements tant au sein de notre société qu’au niveau mondial afin de parvenir à découpler dans l’esprit des populations les notions de PIB et bonheur. Il s’agit de dépasser le capitalisme par la non adhésion au système, le refus de la croissance et  la nécessité d’imposer des limites à l’activité humaine. Rappelant la déclaration finale du Forum Social Mondial de Bélem qui  définit la nécessaire transition comme un processus permanent de construction d’alternatives, il résume la position d’Attac selon laquelle il ne suffit pas, en effet, de clamer qu’un autre monde est possible sans s’engager à le construire. Citant Gus Massiah**, il situe le combat pour la transition aux trois niveaux local, régional et national en résonnance avec les mouvements qui se structurent au niveau mondial. Pour Attac il s’agit avant tout de  nous réapproprier les questions qui nous concernent et de contribuer à donner du sens aux initiatives qui surgissent dans de nombreux secteurs de la société. La transition est une voie que l’on explore. Lutter et construire sont des actes forts, le prélude à un rapport de force qui permettra d’évoluer vers un pouvoir partagé et non délégué.

 

*Membre de la commission  “Alternativesˮ d’Attac et du Collectif pour une transition citoyenne http://www.transitioncitoyenne.org/historique/

**Co-fondateur de l’Association internationale de techniciens, experts et chercheurs (Aitec), membre du Conseil scientifique d’Attac-France et membre du Conseil international du Forum social mondial.

Journée de la Transition en Rance-Emeraude

Voici la vidéo de présentation de la journée, suivie de l'affiche

2016 11 13 jtrancem3

 

ERB souffle sur l'Air Breizh

Pollution de l'air à Saint Malo : Eaux et Rivières de Bretagne demande à Air Breiz de nouvelles mesures de la qualité de l'air

Erb 1

Confirmant de nombreuses études d'organismes nationaux et internationaux alertant sur les conséquences de la pollution sur la santé, une enquête de Santé Publique France parue ce 21 juin informait que 9% de la mortalité en France continentale serait due à la pollution de l'air issue de l'activité humaine et que l'émission de particules finesse se situerait au troisième rang en matière d'impact sur la mortalité derrière le tabac et juste derrière l'alcool. C'est dire l'importance des mobilisations citoyennes pour exiger des industriels et des autorités compétentes des mesures destinées à réduire cette pollution.

C'est ainsi que de nombreuses actions, posant la question de la pollution de l'air à Saint Malo, ont été menées depuis le mois d'octobre 2015 : balade toxique, pétition, conférence, interpellation des institutions régionales et locales...

Ces mobilisations commencent à produire des résultats puisque certaines de nos demandes ont été entendues et vont être prises en compte ! En effet, en réponse à notre courrier, la mairie nous informe qu'un devis a été demandé à Airbreiz pour de nouvelles analyses de l’air, intégrant la mesure des particules fines et moins fines.

Nous en saurons plus à la fin de l’été, la ville ayant accepté de nous rencontrer sur ce sujet.

Nous restons extrêmement vigilants sur les contenus qui seront proposés par Air Breizh et retenus ensuite par les élus de St Malo.

Et nous continuerons à nous mobiliser sur ce problème d'intérêt général dont dépend la qualité de vie et la santé de la population malouine.

Editorial : Et maintenant, payez la note !

Renoultphone

Ainsi donc, dans la gamme des décisions de la municipalité malouine de privatisation tous azimuts depuis l’accès aux vastes espaces du bord de mer jusqu’aux jardins publics les plus discrets, en passant par la vente à un groupe hôtelier de tel bâtiment initialement cédé par l’Etat pour accueillir un musée de la marine ou l’affectation de locaux de la médiathèque à des activités commerciales, nous voici avec une nouvelle annonce qui sonne étrangement à l’oreille du Malotru. Sans tambours ni trompettes la municipalité décide de ne pas renouveler la convention passée avec l’Ecole de Musique de la Côte d’Emeraude. Accueillant 430 familles de toutes catégories sociales et provenant de toute la Côte d’Emeraude, cette école associative fortement impliquée dans l’action pour la démocratisation de la culture impulse également de nombreuses manifestations gratuites, un dispositif pédagogique musique et handicap ainsi qu’un éveil musical de la petite enfance. Pour sûr, cette décision ne doit rien à l’improvisation.  La mélodie est connue, le rythme est soutenu et la cadence bien marquée. Le Malotru tend l’oreille, comme toujours… Les vibrations désespérées d’un violon torturé par un musicien en herbe auraient-elles dérangé le sommeil de nos élus ? Les sanglots désespérés d’un tuba à l’agonie auraient-ils agacé leur pavillon d’ordinaire peu sensible aux sons désagréables venus du dehors ? Pas si sûr. D’aucuns murmurent que le tintement des espèces sonnantes et trébuchantes ainsi conservées dans les cassettes du budget municipal aurait un charme particulier propre à émouvoir le cœur de nos petits argentiers locaux, apparemment plus sensibles aux accents de la rentabilité financière que de la justice sociale. Peut-être bien en effet -le Malotru connaît la musique- et comme dans le contre-chant on pourrait aussi y voir -mezza voce- une autre ligne mélodique, comme une partition entre riches et pauvres, les uns ayant droit à la beauté, à la culture, aux arts et les autres non, au seul motif que dans le monde merveilleux de l’argent roi, tout est accessible à ceux qui en ont les moyens, et que l’on tolère les autres à condition qu’ils ne coûtent rien. Comme une forme sournoise d’une société inégalitaire où on ne parle plus d’enrichissement humain mais d’enrichissement tout court, où la notion de bien public se voit soumise à la seule logique financière de la privatisation des profits et de la socialisation des pertes, où ce qui était utile à tous devient une source de profits pour quelques-uns.

Vivre à Saint Malo est un luxe et l’émeraude se vend bien.  Stationnement, campings, hôtels de luxe, voire certains sentiers côtiers… même la piscine du Naye, si l’on en croit les bruits qui courent : aisément accessible, parfaitement intégrée dans le tissu urbain, située dans un environnement superbe, il est question de la remplacer par un établissement aqua ludique dont la finalité sera encore une fois essentiellement financière. Petits nageurs, dehors. Les valeurs du sport ne sont plus celles que vous croyez. Les choix économiques sont têtus et ne traduisent rien d’autre que l’idée qui les sous-tend, celle d’une société éclatée où les privilèges sont la règle et l’égalité l’exception. Ainsi, petit à petit, il se passe pour les malouins comme pour les habitants d’autres sites d’exception, contraints de partir, dépossédés de leur lieu de vie, de leurs paysages et de leur bonheur d’être ici.

La musique réduite au silence ?

Le Malotru a reçu cet appel. Une pétition est en cours. Site de l'Ecole de Musique : http://www.emce-musique.fr/

Emce en danger 1 1Emce en danger 1 2

 

Extractivisme ou activisme ? Lannion fait la force !

Dans la droite ligne de la conférence d'Attac sur l'extractivisme, une cinquantaine de militants se sont rassemblés devant le siège du groupe Roullier à St Malo pour soutenir les collectifs en lutte contre l'extraction de sables coquillers en baie de Lannion.

Saint malo roullier 25 06 16 3

Un membre d'Attac était présent et a mis son grain de sel et son grain de sable, voici en exclusivité les notes de son intervention :

Lire la suite

Libres propos (entretien)

CohenCohen est un lycéen malouin qui s’est engagé depuis peu dans l’action politique. D’un enthousiasme communicatif, très actif dans l’organisation des mouvements lycéens qui se sont élevés contre la loi El Khomri, il a adhéré aux Jeunes Communistes. Le Malotru l’a rencontré et s’est entretenu avec lui sur plusieurs sujets de l’actualité locale.

  1. Cohen s’est exprimé sur la mobilisation des jeunes à Saint Malo : « Depuis que « nos grands frères » sesont mobilisés contre le CPE, les choses sont allées en se dégradant. Des syndicats, des mouvements de jeunes ont disparus. Mais depuis quelque temps, les choses changent sur Saint Malo. Nous avons créé l’assemblée générale des jeunes (lycéens, étudiants, jeunes travailleurs) qui permet de mettre en œuvre des actions manifestations, pétitions, mobilisations…
  2. Le blocus du lycée Jacques Cartier le 29 mars a été une action très positive. Au départ on était 200. Nous sommes allés dans tous les lycées de Saint Malo et l’on s’est retrouvé à 400. Le bouche à oreille nous a permis d’être entre 800 et 900 lors de la manifestation du 31 mars qui a regroupé 2000 personnes lycéens, étudiants, salariés, retraités, syndicats. » ...

Lire la suite

La Bretagne malade de la fièvre minière

Livre bednikLa fièvre minière, l’extractivisme ! Le mot est lâché (Suite à la conférence d’A. Bednik organisée par Attac à Saint Malo le 29 mars autour de  son livre « Extractivisme : Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistance » - voir la vidéo en fin de texte).

http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/extractivisme.html

. Alors que la Timac s’approvisionne en sable coquiller en baie de Lannion  (l’Union européenne lui a interdit l’accès aux gisements le long des côtes du Finistère, au titre de la directive sur la protection des habitats…), et que l’empire Roullier -plus que jamais  en odeur de sainteté- s’étend  sur le port de Saint Malo, c’est toute la Bretagne qui est concernée.  La fièvre minière est de retour en France, dopée par la perspective de produire des métaux et de l’or « made in France ».

Lire la suite

Les nuits sont enceintes …

Les nuits sont enceintes …

2016 04 16 nuit debout st malo11

Cette nuit accouchera-t-elle ? Le  16 avril, ou le 47 mars selon le calendrier marsien, des voix se sont faites entendre, de celles que l’on entend dans les lieux habituels de la contestation malouine, certes, mais aussi et surtout de celles que l’on n’entend pas ou peu ou pas assez. Le besoin de s’exprimer sur les sujets les plus divers a fait venir sur la place Chateaubriand des personnes de tous âges, actifs, retraités, étudiants, lycéens. La liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. La parole étant libre, on en a usé, passant du combat contre la loi El Khomri, du sens du travail, du besoin de construire une alternative à partir du mouvement, aux heurs et malheurs de l’école, au  combat de Phytomer, des marins de Condor, au témoignage sur les dernières manifestations de Rennes, en passant par l’éloge du loisir et du temps pour soi, les manœuvres municipales autour du conseil municipal des jeunes, la privatisation des espaces publics (la place Lamennais, le château du Nessay à Saint Briac)… De tout, je vous dis. J’abrège, pour ne pas lasser. Mais quel dynamisme malgré le froid qui nous statufiait sur place ! Quelle joie au milieu de cette désespérance politique qui nous assaille depuis si longtemps ! Quel soleil dans la grisaille des renoncements de tous ordres. Quelle force face à cette sénescence du refus de combattre ! Quelle chaleur humaine face au cynisme des puissances de l’argent. La prochaine nuit c’est cette semaine, le 22 avril…non, le 53 mars, 19h place Chateaubriand à partir de 19h. Pour aider à la mise au monde.

…et nul ne connaît le jour qui naîtra (proverbe turc)

___________

Le titre fait référence à  un article de 2011 d’Edgard Morin qui n’a rien perdu de son actualité :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/08/edgar-morin-les-nuits-sont-enceintes_1462821_3232.html

Physiomerci, patron !

Physiomer Laboratoire de la Mer : Un cocktail explosif à Saint-Malo entre dumping fiscal intra- européen et management à l’américaine

(Une version allégée de ce texte a été publié sur le blog de Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/jacques-harel/blog/160416/physiomerci-patron)

Physiomer 2«Rendez-nous notre patron ! ».

 Les casseurs ne sont pas toujours là où on le pense. Ils arrivent même parfois en berlines noires, en costumes trois-pièces, dissimulant à grand peine leurs allures de tueurs.  Ou de « mercenaires » ainsi que les a décrit, encore sous le choc, Olivier Bertaud, ex-directeur de la très prospère entreprise malouine Laboratoire de la Mer, fleuron de l’économie locale. Limogé en quelques minutes et sans explication –comme un vulgaire trader d’Enron- par un commando de l’actionnaire Perrigo ce 12 avril 2016, Olivier Bertaud n’en revient toujours pas.

Ses 130 employés non plus. Ils se sont mis en grève spontanément avec un slogan  -littéralement inouï : «Rendez-nous notre patron ! ». On semble être bien loin, donc, de Merci, patron!, le documentaire à succès de F. Ruffin qui remplit les salles depuis des semaines (120 personnes pour une projection-débat avec l’association Attac, à Cancale la semaine passée).

Lire la suite

Le Ma-Lo-Tru... Dans-La-Rue !

Belle manifestation ce jeudi 30 mars à St Malo, contre la loi-travail mais aussi contre tout ce pourquoi nous n'avons pas voté en 2012... Beaucoup de jeunes, et de moins jeunes, et de soleil, et de dynamisme...

 

Dans le rétroviseur : Globish, Sing sing, Condor

Globish, One-shot and Co. Semaine de la langue française :

Après trois rubriques  consacrées depuis un an à l’insidieuse présence du « globish »,  ce sabir à base d’anglais qui ne ressemble à rien et qui semble toujours du dernier chic, on pensait en avoir fini une fois pour toutes. D’aimables lecteurs se sont émus de notre intention de mettre un terme à nos observations. « La bêtise, c’est de conclure » nous écrit même l’un deux, citant Flaubert. L’altermondialisation sera polyglotte, ou ne sera pas, suggère un autre, de façon définitive. Le Rétroviseur se voit donc condamné, douce violence, à relayer cette fois encore quelques remarques, coupures de presses et autres preuves indubitables de ces crimes linguistiques à l’âge de la « globalisation », pardon, de la mondialisation.

Oneshot2

Lire la suite