Savez-vous planquer vos sous ?

Un rassemblement surprise organisé par le comité local Attac Saint Malo – Jersey a rassemblé au matin de ce samedi  14 janvier une trentaine d’adhérent.e.s devant l’agence de la BNP située rue Jean Jaurès. La banque visée est présente dans de nombreux paradis fiscaux, comme d’autres grandes banques françaises,  où elle détient près de 200 filiales, et où  elle place le tiers  de ses énormes bénéfices, qui échappent ainsi à l’impôt. Alors que le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté atteint en France les 9 millions (en augmentation de plus d’1 million de personnes depuis 10 ans), et que l’Etat manque de moyens pour répondre aux besoins en matière de services publics, comme actuellement la santé, mais aussi pour faire face aux urgences sociales et écologiques, on évalue entre 60 et 80 milliards la perte de recettes pour le fisc du fait de l’évasion fiscale.

Un échange entre une responsable de la direction de l’agence et deux membres d’Attac s’est déroulé dans les locaux de l’agence. Une discussion dans le calme, dans le respect du travail des employés, et qui n’a provoqué aucun trouble dans le fonctionnement de l’agence. Elle a permis de faire remonter à la hiérarchie de l’établissement bancaire les revendications de l’association, en dénonçant cette politique aux conséquences antisociales et en insistant sur le fait notamment qu’en dépit de quelques opérations de communication pour annuler quelques investissements mal venus ou supprimer quelques filiales (comme par exemple aux îles Caïman) , la banque poursuit sa politique d’évasion fiscale au détriment de l’Etat. Elle investit également dans des projets en contradiction totale avec les engagements de la COP 21 comme en Pologne où par ses filiales la banque finance des centrales à charbon.

Après la distribution de financiers aux personnes présentes, la direction a décidé la fermeture de l’agence. Comme annoncé à la responsable, le rassemblement s’est déroulé à l’extérieur de l’établissement.

Un tribunal exceptionnel s’est alors constitué pour mettre en accusation les banques coupables d’évasion fiscale. Au vu des éléments de preuve apportés par Attac, du  témoignage touchant d’une personne rappelant  les conditions d’existence d’une titulaire du RSA et des déclarations d’une porteuse de valise débordante de billets (la valise, pas la porteuse)  le juge  a condamné la banque à écouter la sentence mise en musique par la chorale des participants.

Le groupe a régalé les passants de deux succès inégalés, « Ces maudits requins » sur l’air

-approximatif- de « Les copains d’abord » suivi de « Savez-vous planquer des sous » dont la musique est dans l’oreille d’un certain nombre d’entre nous depuis l’enfance.

Le comité malouin s’inscrit donc dans la suite de la campagne engagée par Attac national pour refuser cet état de fait, ainsi que l’impunité dont bénéficient nombre de fraudeurs fiscaux alors que des procédures judiciaires sont engagées contre des lanceurs d’alerte. Par ce rassemblement revendicatif déterminé et bon enfant, le comité veut aussi promouvoir les solutions présentées par Attac , à savoir le renforcement des administrations chargées de lutter contre le blanchiment, supprimer le monopole de Bercy en matière d’ouverture des poursuites pénales, interdire le va et vient des hauts fonctionnaires entre la fonction publique et la finance, et engager la transition sociale et écologique avec les sommes récupérées.

 

autre tout2 st malo mondialisation