Folder 50Dossier thématiques

Crise de l'hôpital public : la fusion Saint-Malo-Dinan

Le projet de réorganisation de l'offre hospitalière du secteur 6 (Saint-Malo - Dinan - Cancale) est en cours d'élaboration dans le plus grand secret. Les rares informations communiquées par L'Agence Régionale de Santé sont particulièrement inquiétantes : fermeture de l'hôpital de Dinan (qui s'ajoute à la fermeture déjà effective de la maternité), suppression de 80 lits dans le futur hôpital. 
La coordination Le Monde d'Après, dont Attac Pays Malouin -Jersey fait partie, s'inscrit dans la lutte aux côtés des syndicats CGT CH et Sud Santé, de plusieurs élus du Pays de Dinan et de Dinan Diver'Cité.

L'hôpital public outil essentiel pour l'aménagement du territoire

Frédéric Pierru, sociologue, chercheur en sciences sociales au CNRS, a donné une conférence le 10 décembre à Dinan, invité par le comité de défense des hôpitaux de Saint-Malo et Dinan (Le Monde d'Après, les sydicats CGT CH et Sud santé de Saint-Malo et Dinan et l'association Dinan Diver'cité. Centrée sur le rôle de l'hôpital public en tant qu'outil essentiel pour l'aménagement du territoire, il explique comment les restructurations successives font le jeu de la privatisation, et pourquoi l'hôpital public doit nécessairement tisser une relation de proximité avec la population pour répondre à ses besoins de santé. Il dévoile les relations étroites entre la politique de santé et les intérêts économiques et industriels.

L’intégrale de la conférence avec Frédéric Pierru en vidéo

Paroles de soignants

Le rassemblement devant les urgences du CHU de Rennes le 12 janvier s'est déroulé en présence de François Ruffin. Retrouvez en vidéo l'intégrale des témoignages et la déclaration conclusive de François Ruffin (suppression des lits, zéro poste de réanimateurs, hypocrisie du Ségur, ratios, perte de sens du travail...)

Vidéo du rassemblement

Aux pays de Saint-Malo et de Dinan, la santé du futur se décide maintenant : un dossier du Monde d'Après

Le dossier présente le contexte général d'élaboration de ce projet par les autorités de santé et met en parallèle les besoins de la population et les éléments (connus) du projet Il pointe les insuffisances du projet médical, dénonce une politique basée sur des critères essentiellement économiques et managériaux, et fait des propositions d'amélioration.

Si l'on n'y prend garde, d'ici quelques mois, l’ARS et la direction du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Rance Emeraude auront engagé irréversiblement plusieurs options : le déplacement de l'hôpital de Saint-Malo hors du centre-ville ; le dépérissement en quelques années de l'hôpital de Dinan ; la réduction annoncée de plusieurs dizaines des lits d'hospitalisation complète en chirurgie, médecine et obstétrique sur l'ensemble de notre territoire. Comment peut-on soutenir des options aussi radicales sans un véritable débat public ? En effet la conduite de ce projet se fait à rebours de la promesse de "Démocratie Sanitaire", inscrite dans la loi. 

En étant aux côtés et à l'écoute des syndicalistes et professionnels de santé, des élus locaux, particulièrement sur le pays de Dinan, en enquêtant auprès de la population, en mobilisant l'expertise et en débattant avec des experts reconnus (sociologues, économistes de la santé, cadres de services hospitaliers engagés pour la défense de l'hôpital public), les membres de nos deux collectifs ont développé leur compréhension du problème et entrepris un vrai travail d'information, d'éducation populaire et de mobilisation sur le sujet de la santé, dans le contexte du territoire.

Accéder au dossier sur le site Le Monde D'Après

L'article publié par Ouest-France, le 02/09/2022

Date de dernière mise à jour : 11/09/2022