Local

Le site se dédouble !

Le site du Malotru a subi une OPA (offre publique d'Amitié) de la part du Groupe Local Attac 35 Pays Malouin - Jersey !

Vous avez à présent deux sites en un : le Malotru à droite et Attac PMJ à gauche.

La partie Attac est en construction, vous nous pardonnerez ses défauts de jeunesse !

2017 12 06 fourriere

Chienne de vie !

Une amie du Malotru a fait parvenir au Maire la lettre ouverte que voici. Notre confrère hebdomadaire local l'a déja publiée, mais pour une fois nous n'hésitons pas à en rajouter une couche ! :

Lettre ouverte. « Pourquoi la municipalité a-t-elle pris la décision de supprimer la fourrière animale ? »

 

2017 12 06 fourriere

Lettre ouverte. « Faisant appel au mois de juillet à la fourrière animale de Saint-Malo, comme je l'ai maintes fait auparavant, soit pour des chats en difficulté, soit pour de jeunes goélands tombés des toits, j'ai appris que ce service municipal était supprimé.

Le secrétariat de la Mairie m'a appris qu'il était remplacé par une fourrière privée et que pour en savoir plus, il fallait contacter la Police Municipale ( !?). Mais l’agent de la Police Municipale contacté ne savait pas grand-chose et a eu bien du mal à retrouver le n° de téléphone de cette fourrière nommée SAGPA.

Lorsque j’ai expliqué à un membre de cette société que j’ai eue au bout du fil, qu’un goéland était tombé des toits dans mon jardin, il m’a bien fait comprendre qu’il valait mieux que je trouve une autre solution plutôt que de compter sur leur intervention.

En cherchant leur adresse sur internet, j’ai compris pourquoi : la SAGPA est située à Betton, à plus de 60 kms de St Malo ! Un véritable service de proximité...

 

Première remarque :

- il est difficile de comprendre pourquoi la municipalité de Saint-Malo a pris la décision de supprimer un service municipal dont les malouins n’avaient qu’à se louer, tant par la rapidité d’intervention des agents municipaux de ce service que par leur professionnalisme et leur respect des animaux qu’ils secouraient.

Si le but comme on peut le deviner est de faire l’économie de deux ou trois postes de fonctionnaires, le choix de se défausser sur une société privée aussi éloignée de la zone d’intervention paraît indéfendable écolo-giquement : 120 kms pour récupérer un chat ou un chien errant et 120 de plus si le propriétaire doit aller récupérer son animal perdu au chenil de la SAGPA. Et ce même propriétaire, pour récu-pérer son animal, devra payer une décharge au chenil.

N'aurait-on pu envisager la gestion d'une fourrière ani-male par la communauté de communes ? On prévoit bien une piscine ludique grand modèle.

Deuxième remarque :

- Quand et comment ont été informés les Malouins de ce changement ? Les vétérinaires eux-mêmes aux-quels j'ai téléphoné n’en ont jamais été avisés.

La fourrière animale de Saint-Malo donnait pourtant toute satisfaction aux citoyens qui se préoccupaient du sort des animaux ainsi qu’aux vétérinaires et à la SPA qui travaillaient en réseau avec les agents de ce service.

La décision municipale de supprimer ce service de proximité manque de trans-parence ainsi que de respect envers les citoyens et envers les animaux.

S'il s'agit d'une économie financière, elle est de courte vue et ne va pas dans le sens de l'intérêt général, car elle aura pour conséquence la recrudescence de chats et chiens errants non stérilisés.

 

Brigitte Flahault
 

Oneshot2

Dans le rétroviseur : Globish, Sing sing, Condor

Globish, One-shot and Co. Semaine de la langue française :

Après trois rubriques  consacrées depuis un an à l’insidieuse présence du « globish »,  ce sabir à base d’anglais qui ne ressemble à rien et qui semble toujours du dernier chic, on pensait en avoir fini une fois pour toutes. D’aimables lecteurs se sont émus de notre intention de mettre un terme à nos observations. « La bêtise, c’est de conclure » nous écrit même l’un deux, citant Flaubert. L’altermondialisation sera polyglotte, ou ne sera pas, suggère un autre, de façon définitive. Le Rétroviseur se voit donc condamné, douce violence, à relayer cette fois encore quelques remarques, coupures de presses et autres preuves indubitables de ces crimes linguistiques à l’âge de la « globalisation », pardon, de la mondialisation.

Oneshot2

Lire la suite

2016 beaumanoir

Un malo-trump à St Malo !

Le Malotru (ainsi auto-proclamé plus par antiphrase que par provocation) vient de trouver dans l’actualité locale matière à pourfendre ce qu’il redoute le plus, la violence des puissants, la grossièreté et l’indigence des propos.

 « Le commerce en centre-ville n’a aucun avenir ».

2016 beaumanoir

Lire la suite

Letter

Ne craignez pas la lettre

LetterLe Malotru publie une lettre d'information parcimonieusement régulière.

Vous serez ainsi certains de ne manquer aucun article publié.

Vous ne serez pas surchargés de malotrucs et votre adresse ne sera pas communiquée ni utilisée à d'autres fins.

Alors, n'hésitez pas ! inscrivez-vous à "La lettre du Malotru" en indiquant votre adresse couriel dans le cadre placé sur la colonne de gauche du site. Vous devrez ensuite confirmer votre inscription sur le couriel que vous recevrez quelques minutes plus tard.

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment (lien de désinscription sur chaque lettre).

Votre inscription nous permettra de mesurer la fidélité et l'évolution de notre lectorat.

Merci

Condor secu

Condor Ferries (Suite et fin ?)

Depuis plus d’un an, Le Malotru a eu à cœur d’informer ses fidèles lectrices et lecteurs de l’ « affaire Condor ». On se rappellera que nous avons démonté les schémas financiers de cette multinationale emblématique. Nous avons mis également en lumière le jeu savant qu’elle a organisé entre ses filiales, ses modes et lieux  de recrutement et d’emploi, ou les dispositifs d’enregistrement offshore de ses navires. http://www.malotru.org/blog/st-malo/condor-la-belle-affaire.html)

Condor secu

Un blocage pour ouvrir la discussion

Le témoignage de deux navigants nous a été précieux pour faire comprendre les enjeux de leur combat pour bénéficier, en particulier, d’une couverture sociale et de droits sociaux identiques à leurs collègues employés par des entreprises françaises. Rappelons que onze salariés de Condor Ferries avaient bloqué le Condor Rapide pendant deux semaines en février l’an passé. La CPAM menaçant de les radier du régime de la Couverture Maladie Universelle en janvier 2015, il était urgent d’agir.

Lire la suite

Aidons le peuple grec

Soutien greceLa situation sanitaire en Grèce est alarmante. Le système de santé grec et l’état de santé de la population ne cessent de se dégrader : baisse de 40 % du budget santé, augmentation de la mortalité infantile et des naissances de nourrissons en insuffisance pondérale,  baisse du taux de vaccination des enfants…Le nombre de dépressions sévères s’est multiplié par 2,5 et le taux de suicide a augmenté de 35 % depuis 2011. Selon l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), un tiers de la population n’a plus de couverture maladie depuis la crise et les mesures d’austérité appliquées à partir de 2009.

En Grèce, des personnels de santé se sont mobilisés pour créer des dispensaires et des pharmacies autogérés. Aujourd’hui, plus de 50 dispensaires solidaires sociaux fonctionnent dans tout le pays grâce à l’action et au travail de bénévoles : médecins généralistes ou spécialistes, pharmaciens, autres professionnels de santé ainsi que des citoyen-n-es. Environ 700 bénévoles y participent en tant que permanents ou membres de réseaux affiliés.

Ils manquent cruellement de médicaments, de consommables et de matériel médical. L’association Bretagne Grèce Solidarité Santé s’associe au mouvement national de solidarité avec la Grèce et lance une opération de collecte auprès des secteurs concernés.

 

Pour tout renseignement, contacter le Collectif Malouin de Soutien au Peuple Grec collectifgrece.stmalo@gmail.com

Werner

ATTAC VU D’AILLEURS

WernerWerner est autrichien. Un jour, il fit escale à Saint Malo et en repartit marqué pour la vie. Sans doute l’air du large, ou les fruits de mer, ou les deux lui manquaient-il un peu dans son pays natal, et depuis lors, sautant  les montagnes et défiant les kilomètres, il n’a eu de cesse d’y revenir régulièrement. Attacien lui-même, il apprit, au hasard d’une rencontre, l’existence de notre comité local. Et comme un fait exprès, son séjour cette année a coïncidé avec notre assemblée générale. Profitant d’une manière éhontée de sa gentillesse et de sa maîtrise du français, Le Malotru s’est empressé, micro en main, de mettre en regard son témoignage sur les combats d’Attac Autriche et l’actualité de notre comité local.

Lire la suite

Drapeau2

Un drapeau pas très catholique...

…aux dires d’un directeur général des services de la mairie de Dinard, qui ne l’est pas vraiment (voir notre précédent article), mais qui fait comme si.

Drapeau2

Certes, le pavoisement des édifices publics ne fait l’objet d’aucune réglementation. Répondant à une association qui s’étonnait de voir cet emblème trôner au-dessus de l’espace public, ce DGS qui-ne-l’est-pas-vraiment, répond que l’Etat de la Cité du Vatican n’est pas un état catholique. Ni une, ni deux, Le Malotru, soucieux de sa réputation, s’est empressé d’y aller voir. Support territorial du Saint Siège de l’église Catholique, peuplé de catholiques certes (un peu plus de 900 au dernier recensement), dirigé par le Pape qui y exerce souverainement le triple pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, certes, mais pas catholique…Elu lors d’un conclave par les cardinaux,  qui selon la tradition et les usages serait lui-même éclairé par la volonté divine de donner un successeur à l'Apôtre Pierre, le Vicaire du Christ, Evêque de Rome, certes, mais pas catholique. Du coup, le drapeau du Vatican accueille tout citoyen entrant dans notre bonne ville par la voie royale du Boulevard de la Libération. Catholique ou pas. Et que des croix, dit le DGS qui-ne-l’est-pas-vraiment, il en existe sur d’autres drapeaux…sauf que le drapeau du Vatican ne comporte pas de croix. Bref, un drapeau du Vatican, abritant le Saint Siège de l’Eglise Catholique  mais…qui-ne-l’est-pas-vraiment

 

Lire la suite

A l eau

A l'eau, à l'eau ...

A l eau

Apparemment il n’y avait pas d’abonné au numéro demandé. Une dizaine de militants de l’association « Osons » et du Collectif eau ont accueilli les conseillers municipaux de Saint Malo le 1er octobre, pour les alerter sur le vote du point …65 de l’ordre du jour du conseil municipal, qui traitait de l’attribution de la délégation de service public à l’un des deux candidats qui s’étaient manifestés. Le texte intégral du communiqué qui était paru dans la presse, et qui signalait plusieurs points discutables de la procédure et son manque de transparence (de la décision de préférer la délégation de service public à la régie publique jusqu’aux réponses des deux sociétés à l’appel d’offre)  a été distribué aux membres du conseil. Tous l’ont accepté poliment, certain-e-s se sont arrêté-e-s pour échanger sur les critiques exprimées dans le document. Ne nous y trompons pas. La majorité municipale n’a jamais souhaité que le débat s’instaure vraiment avec la population malouine sur cette question importante. Mais du moins, tous ont accueilli la démarche avec courtoise. Tous sauf… l’adjoint porteur du dossier qui, refusant le document, a fait savoir avec brutalité à ceux qui tentaient de l‘interpeler qu’il ne voulait pas nous entendre, qu’il n’avait rien à nous dire, qu’il savait ce qu’il avait à faire, en un mot que les personnes présentes n’avaient pas voix au chapitre.

C’est vrai, quoi, le débat démocratique est d’autant plus facile que l’on discute entre personnes du même avis. Ne trouvez-vous pas ? Et que de simples citoyens veuillent faire entendre leurs critiques, alors là, franchement, ça ne coule pas de source. Reconnaissons à cet adjoint sa parfaite conformité avec ce qui semble être la culture commune de cette majorité.