Economie / Finance

Stopcetaetc

CETA n'y pas croire ! La suite

Nous avons récemment publié une réaction à l'article d'Ouest France vantant les mérites du CETA pour l'Ille et Vilaine. A coté de cet article polémique, voici un texte plus précisément argumenté, envoyé comme réponse au journal et dont nous ne savons pas pour l'heure s'il sera publié.

Lire la suite

Eldorado

CETA n'y pas croire !

« Le Canada, nouvel Eldorado pour l’Ille et Vilaine ! »
A propos d’un article d’Ouest France du 21 septembre dernier

Plutôt que nous montrer en illustration un Montréal (bretonnisé ?), il aurait mieux valu exposer cette photo des gros actionnaires des multinationales issues de Bretagne (ou pas) traversant l’Atlantique à bord d’un radeau de la méduse couvert d’or, un Eldorado plus réel que celui que nous promet OF dans son article du 21 septembre.

Eldorado

 

Lire la suite

Physiomer 3

Physiomerci, patron !

Physiomer Laboratoire de la Mer : Un cocktail explosif à Saint-Malo entre dumping fiscal intra- européen et management à l’américaine

(Une version allégée de ce texte a été publié sur le blog de Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/jacques-harel/blog/160416/physiomerci-patron)

Physiomer 2«Rendez-nous notre patron ! ».

 Les casseurs ne sont pas toujours là où on le pense. Ils arrivent même parfois en berlines noires, en costumes trois-pièces, dissimulant à grand peine leurs allures de tueurs.  Ou de « mercenaires » ainsi que les a décrit, encore sous le choc, Olivier Bertaud, ex-directeur de la très prospère entreprise malouine Laboratoire de la Mer, fleuron de l’économie locale. Limogé en quelques minutes et sans explication –comme un vulgaire trader d’Enron- par un commando de l’actionnaire Perrigo ce 12 avril 2016, Olivier Bertaud n’en revient toujours pas.

Ses 130 employés non plus. Ils se sont mis en grève spontanément avec un slogan  -littéralement inouï : «Rendez-nous notre patron ! ». On semble être bien loin, donc, de Merci, patron!, le documentaire à succès de F. Ruffin qui remplit les salles depuis des semaines (120 personnes pour une projection-débat avec l’association Attac, à Cancale la semaine passée).

Lire la suite

Le collectif Stop TAFTA et les élections régionales

Logotafta3Dans le cadre de la campagne électorale pour les élections régionales, le collectif Stop TAFTA du Pays Malouin et du pays de Rance a interrogé les candidats sur leurs positions concernant le projet d’accord transatlantique baptisé TAFTA. Les négociations en cours entre l’Union Européenne et les Etats Unis ne font l’objet d’aucune communication de la part des instances européennes, cependant les informations qui filtrent sur les textes qui s’élaborent font apparaître des risques graves pour la démocratie locale et cherchent à limiter fortement les responsabilités et les pouvoirs de décision des collectivités à tous les niveaux.

Voici le document transmis aux listes suivantes :

Pour une Bretagne Sociale et écologique (X. Compain)

Debout La France (J.J. Foucher)

Lutte Ouvrière (V. Hamon)

Pour La Bretagne (J.Y. Le Drian)

Le choix de la Bretagne (M. Le Fur)

Une autre voie pour la Bretagne (R. Louail)

Oui La Bretagne (C. Troadec)

 

A l’heure où cet article a été publié, les listes de X. Compain,  R. Louail et J.Y Le Drian ont fait connaître leur réponse.

Après la « balade toxique » à Saint-Malo, Hypred-Seveso à Dinard.

Le Malotru y était

 De l’art de parler au bon peuple d’accidents qui - naturellement - ne peuvent se produire

De notre envoyé spécial, Dinard, le 5 novembre 2015 

On la fait, cette réunion publique, parce que c’est un exercice obligé, mais on perd notre temps, il n’y a aucun risque, puisqu’on vous le dit. Voilà, en substance, le message qu’était supposé livrer le savant aréopage qui accueillait ce jeudi 5 novembre dans les locaux du COSEC le public dinardais, élargi aux habitants de Pleurtuit, La Richardais et Saint-Lunaire, soit, potentiellement, près de 5 000 personnes concernées par le site. Seules, quelques dizaines d’entre elles étaient présentes à cette réunion de concertation. «  Non, pardon, d’information ! », Le sous-préfet eut tôt fait de rectifier son intéressant lapsus.

Lire la suite

Outrancejersey3

Jersey, on détricote. Actualité d’un paradis local…

La flotte Condor (voir nos articles précédents et l’article de Médiapart sur les conditions de travail des personnels navigants français) assure toujours ses liaisons quotidiennes Saint-Hélier Saint-Malo avec une régularité de métronome. Mais à Jersey, comme dans la presse française et internationale, le cœur n’y est plus, le sentiment de malaise à propos de « l’Ile aux fleurs » se répand irrémédiablement. Les millions de livres dépensés chaque année par Jersey Finance (et payés par les jersiais eux-mêmes) pour glorifier les activités financières ne suffisent plus à colmater les brèches et à prévenir l’ «effet Dracula ».

Lire la suite

Justice

Côte d’Emeraude et traités de Libre Echange - Episode 3

Le CIRDI, bras armé des accords de libre échange

 Connaissez-vous le tribunal commercial de Rennes ? Peut-être, si, en tant que patron, vous avez eu un différend commercial avec un de vos pairs, ou qu’on vous a proposé d’y siéger bénévolement. En effet, ce tribunal règle entre « professionnels de la profession » les litiges commerciaux qui peuvent advenir.

L’on y est jugé par trois personnes qui ne sont pas de la magistrature, élus par leurs pairs.

Notez pour la suite que cela concerne des litiges de moins de 10 000 euros. Au dessus, c’est le Tribunal de Grande Instance qui officie, un « vrai » tribunal.

De plus, on reste dans un cadre local, départemental pour être précis. C’est généralement le « tribunal » du lieu du défendeur qui « juge ».

Notez aussi que les condamnés peuvent se pourvoir en appel, ou en cassation, comme dans la « vraie » justice.

Notez ensuite que les frais de justice sont réduits, que les « juges » sont bénévoles, qu’on peut s’y passer d’avocat à grosse rémunération.

Ce système permet de régler des petits litiges courants à moindre coût, sans encombrer les tribunaux.

C’est ce qu’on appelle un « tribunal arbitral ».

 

Mais voudriez-vous que votre Maire ou votre Gouvernement soit traîné par une entreprise canadienne ou américaine devant un tribunal privé à Washington avec l’obligation de faire dépenser par les contribuables (nous !) des fortunes en grands avocats d’affaire internationaux, en plus même d’une éventuelle condamnation qui augmenterait la note ?

Lire la suite

Aigletafta

Côte d’Emeraude et traités de Libre Echange - Episode 2

Des barrières ou des digues ?

 Pour vous souhaiter la bienvenue dans le monde post-CETA/TAFTA, voici une

Petite histoire totalement imaginaire :

Bretilliens attentifs, citoyens d’une modeste commune rurale ou d’une station balnéaire réputée, nous comptons sur notre Conseil Municipal pour nous faciliter la vie quotidienne.

Chez nous (chez vous ?), ledit Conseil a décidé de privilégier la vie économique locale. Il est de sa responsabilité de faire vivre son commerce, et de participer à l’effort pour une planète plus saine et plus vivable.

L’idée générale est belle, mais comment l’appliquer à notre toute petite échelle ?

Justement, l’approvisionnement des cantines doit être renouvelé.

Puisque nos enfants déjeunent tous les jours de semaine sous responsabilité collective, pourquoi ne pas « alimenter » les cantines avec des produits locaux et de bonne qualité ?

Lire la suite

Aigletafta

Votre département hors TAFTA ?

Assidus aux réunions publiques des candidats (républicains) aux élections départementales, vous voudrez certainement les interroger sur la lettre qu'ils ont reçue de la part du Collectif Stop-TAFTA (texte ci-dessous).

Vous ne manquerez pas de leur demander, s'ils sont élus, de voter une motion pour placer l'Ille et Vilaine "zone hors-TAFTA" !

2015 03 courrier tafta candidats2015-03-courrier-tafta-candidats.pdf (78.53 Ko)

Logotafta3

Côte d’Emeraude et traités de Libre Echange - Episode 1

J’ai fait un cauchemar !

La chaine de lycées privés américaine « Sea-side », spécialisée dans les métiers de la mer et appartenant en sous-marin (!) à l’organisation américaine « T’es moins que Jehova », a choisi Saint Malo pour sa première implantation en France. Le terrain est acheté et Sea-side a demandé à la Région Bretagne les aides équivalentes à celles octroyées aux lycées publics français.

Lire la suite